A Beaubourg, la capote ne protège pas du ridicule

Les esprits géniaux qui gèrent le Centre Pompidou ont encore eu une fulgurence. Depuis le début de la semaine, les tubes de l'escalator principal du centre sont cerclés de préservatifs colorés.
L'installation, nommée "Les sons de ma vie. Preservation is life", va débarasser le monde du sida. Une initiative qu'apprécieront ceux qui se battent contre la maladie au quotidien, sur le terrain.
Bryan Mc Cormak, le créateur du chef d'oeuvre, a expliqué – en riant ?- à l'AFP : "Le préservatif est associé au sida, à la contraception, &
agrave; la sexualité, à la religion. Souvent on le cache ou on n'en parle pas. J'ai souhaité qu'on le regarde d'une autre manière, avec légèreté, d'une manière néo-pop."
Si vous avez peur que vos enfants ne soient pas assez néo-pop, emmenez-les sans attendre à Beaubourg. Vous en profiterez pour leur acheter des préservatifs signés par "l'artiste". Ils coutent 17 euros l'unité. La vie peut-être bas de gamme. L'art, jamais.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*