Blogue à p’art n°8

Il n’est pas rare que certains artistes, peintres ou sculpteurs, éprouvent le désir d’écrire. À ce sujet, il est courant d’évoquer les poèmes de Michel Ange, ou plus près de nous et parmi bien d’autres, le journal de Delacroix ou les livres d’Eugène Fromentin. Alors que la peinture, que l’on qualifie de poésie muette, s’adresse au plus grand nombre puisqu’elle n’est pas soumise aux barrières de la langue, l’écrit, par l’emploi du mot juste, permet de préciser, le plus finement possible, la pensée. En retour, certains écrivains ont un œil de peintre (on pense immanquablement à Balzac ou à Baudelaire), les deux arts semblant complémentaires.

Si la peinture est le cœur de métier de l’auteur de ces lignes, l’écrit a souvent complété sa démarche initiale et motive aujourd’hui la rédaction de ce Blogue à p’Art. L’orgueil et le faire valoir s’effaceront devant le désir de partage, à une époque où l’intolérance est grande et où des anathèmes sont lancés par ceux qui sont incapables de contredire, par des arguments construits, les propos qui dérangent leurs certitudes ignorantes.

Cette gazette numérique, associant textes et images, centrée sur les Beaux-Arts (peinture, sculpture, gravure et architecture), entend explorer un vaste champ artistique, allant, par exemple, de la rédaction d’un glossaire illustré, à des commentaires d’œuvres, d’expositions, mais encore, et sans limite restrictive, d’informations sur l’héraldique, la morphologie, tout en s’autorisant parfois à pousser des incursions aux frontières de terrains divers tels que la philosophie, la psychanalyse, la poésie, la métaphysique ou tout autre domaine mettant en œuvre une pensée élévatrice.

Il va sans dire que tout un chacun pourra librement réagir, contester ou apprécier, refuser de recevoir aussi, cette lecture dont la parution s’annonce totalement aléatoire, au gré du peu de temps libre que concède une activité professionnelle libérale à laquelle s’accroche une administration parasitaire, de plus en plus tyrannique et chronophage.

 Téléchargez-le ici

1 Commentaire

  1. Bonjour
    bien dit (!); pour ma part, en parallèle de la peinture, j’ai écrit parce que consignant ainsi la réflexion d’un voyager dans l’Art Pictural; surtout, malgré les conseils négatifs de certains « connoiseurs » de Saint Germain-Des-Prés (2000-2001) ou d’ailleurs, DES MANIFESTES (je vous ferai part d’Homo globalis dans un prochain commentaire); le manifeste est, peut-être (?), l’écrire au plus prés de la peinture.
    Permettez que j’ajoute Marcel PROUST à votre dépeindre de par l’Ecriture.
    Merci A vous
    Albert ETTORI ( FORMACOLOR artistic creator)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*