Recherche
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Infolettre
Nos affiches
Toutes les affiches...
Dernière étude
Evènements à venir
Pas d'évènements

soutien

Faîtes reconnaître votre talent !

Sauvons l'art ! permet désormais aux artistes de faire connaître leur travail à ses milliers d'abonnés pour un tarif ridicule, le but n'étant pas de taper dans le porte-monnaie déjà trop vide des galeries et des artistes !

 

 

 

Plus détails sur l'offre

Actualités

Suite au relais sur la page facebook de Sauvons l'art, un lecteur nous informe d'une exposition de Jean-Lurçat dont ses tapisseries ont quasiment toutes été tissées à Aubusson.

du 20 juillet au 18 septembre, Avenue des Lissiers, 23200 Aubusson

Horaires : 10h-18h tous les jours sauf le mardi 14h-18h uniquement.

aubuisson-tapisserie


Alexandre Hollan pratique une forme d’expression calme et retenue , qui vise à donner « le sentiment des choses ».


« Il est des moments où la situation est telle que le réalisme adéquat requiert l’ innovation conceptuelle profonde » JPDomecq.


Le "Quartier", centre d'art contemporain de Quimper va devoir fermer, privé de la subvention de la ville

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox, merci à Aude de Kerros pour avoir partager l'information. 

Le maire de Quimper Ludovic Jolivet (ici en 2014) dont la décision de retirer la subvestion de la Ville contraint  le centre d'art  contemporain, Le Quartier, à fermer. © PHOTOPQR/LE TELEGRAMME

Le Centre d'art contemporain de Quimper fermera d'ici quelques mois après la décision de la municipalité, son principal financeur, de ne pas reconduire sa subvention, mettant en avant la baisse des dotations de l'Etat, a-t-on appris ce 12 juin auprès du musée.


Du 07 juillet au 20 septembre 2016, la galerie Bénédicte GINIAUX organise la troisième édition de sa biennale estivale Sculptures au Jardin au Château des Vigiers, à Monestier, en Dordogne.

sulpture au jardin


Articles récents

La chronique n° 70 de Nicole Esterolle

Sommaire

1 – Le professeur Onfray a toujours quelque chose à dire

2 – Quand Nathalie Heinich « ne prend pas parti »

3 – Le tas dans l’art contemporain

4 – Un grand moment d’art contemporain : La rencontre Lavier-Millet

5 – Le très hilarant Lavier à la Monnaie de Paris

6 – Quand les non-peintres inquestionnent la non-peinture

7 – Quand les obscurantistes bretons résistent outrageusement à l’invasion de plantes vertes dans l’art contemporain

8 – Un robot, critique d’art…

9 – Un Buren républicain et républicaine anti-buren…

10 – Une Biennale d’art « invisuel » : sans œuvres, sans expositions, sans curateurs ni galeristes…et sans public

11 – Nouvelles et graves acquisitions au FRAC – Ile de France…

12 – Quand l’Institution elle-même devient l’objet de l’oeuvre d’art

13 – De l’ultra-local à l’international…du modeste au grandiose

14 – L’ opportuniste qu’on n’attendait pas…

15 – Témoignage d’un élève diplômé des BA qui ne croit plus à l’Art Contemporain

16 – Mes récentes cueillettes sur internet



En Bretagne,  les conséquences du désengagement de l’Etat dans les collectivités publiques  mettent en lumière à quel point un certain art dit « contemporain » était (et est encore) maintenu artificiellement sous perfusion financière. La mairie de Quimper a invoqué « les restrictions budgétaires entraînées par la baisse de dotation de l’Etat » pour supprimer sa subvention au centre d’art contemporain, créé il y a 25 ans. Ces 252 000 euros manquants  représentaient 40% du budget, le reste étant financé par l’Etat à travers la DRAC, la région et le département : le Quartier, esplanade François-Mitterrand à Quimper, a donc fermé.



A la suite de nombreux et enrichissants entretiens faits avec des galeristes et des artistes depuis 2014 (date où j’ai commencé à participer à Sauvons l’art), je vous propose en deb’art : De l'urgence de remettre Dieu dans l'ArtCe texte est issu de mes propres sentiments devenus réflexions face aux questions ressenties, évoquées lors de diverses rencontres.



Le neurologue Pierre Lemarquis a publié «  L’empathie esthétique, entre Mozart et Michel-Ange » aux éditions Odile Jacob, livre qui démontre que l’art devrait être remboursé par la Sécu. En effet, la Beauté d’une œuvre provoque la sécrétion de neuro-transmetteurs du bien-être, un vrai cocktail de vitalité : la dopamine, ce stimulant du désir, les endomorphines qui apaisent la douleur, l’adrénaline qui renforce l’énergie mais aussi la sérotonine, à l’action anxiolytique.  Bref, la Beauté de l’art serait un antidépresseur sans effets secondaires ravageurs… L’Art pourrait non seulement nous conduire à l’extase, mais certains spectacles effrayants pourraient s’avérer bénéfiques, grâce aux vertus cathartiques de la représentation, ce qu’Aristote notait déjà à propos du théâtre.



Presqu’à chaque fois, l’exposition parisienne Monumenta, au Grand Palais, est barrée visuellement par un mur, histoire d’intriguer le chaland et de le pousser à acheter une entrée. J’entre, spontanément je me dirige vers la gauche, un gardien surgit : « Non  Madame ! Il faut aller à droite ». Cette exposition du chinois Huang Yong Ping nous est présentée comme une allégorie de la mondialisation : effectivement, il faut filer droit.

- See more at: http://www.sourgins.fr/monumenta-ment ... ent/#sthash.kwgc73LF.dpuf

empires

Presqu’à chaque fois, l’exposition parisienne Monumenta, au Grand Palais, est barrée visuellement par un mur, histoire d’intriguer le chaland et de le pousser à acheter une entrée. J’entre, spontanément je me dirige vers la gauche, un gardien surgit : « Non  Madame ! Il faut aller à droite ». Cette exposition du chinois Huang Yong Ping nous est présentée comme une allégorie de la mondialisation : effectivement, il faut filer droit. - See more at: http://www.sourgins.fr/monumenta-ment ... ent/#sthash.kwgc73LF.dpuf


Derniers commentaires
Créé par Raphaël Jodeau - Propulsé par Xoops